La ville de New York interdit les cirques avec animaux !



Les éléphants de Ringling Brothers avaient déjà été retirés des spectacles il y a deux ans.

La ville de New York interdit les cirques avec animaux !

Lors d’une victoire historique pour le mouvement des droits des animaux, le Conseil de la Ville de New York vient d’adopter le projet de loi 1233 interdisant l’exhibition d’animaux sauvages ou exotiques à des fins de divertissement du public.
Le projet de loi, co-écrit par les membres du Conseil Rosie Mendez et Corey Johnson, a été adopté avec 43 voix pour, tandis que six conseillers votaient contre ou s’abstenaient.

«Je suis éblouie», s’est exclamé Edita Birnkrant, directrice générale de NYClASS, qui s’est exprimé en exclusivité pour World Animal News alors même que la loi était en train d’être votée et qu’un énorme rugissement de joie s’élevait dans la salle.
« J’étais présente il y a 11 ans, quand le projet de loi a été présenté pour la première fois par Rosie Mendez. Ce qui se passe ici est une révolution : un message énorme que nous envoyons non seulement aux autres villes des USA mais aussi au reste du monde ! Exploiter les animaux sauvages, abuser d’eux pour le divertissement ne sera plus toléré à New York. Ici, toute la communauté des défenseurs des animaux pleure de joie, fondant en larmes devant ce qui est moment énorme pour le sort des animaux sauvages. Le monde entier s’intéresse à ce qui se passe à New York et quand quelque chose d’aussi historique survient en faveur des animaux, cela fait des vagues puissantes qui toucheront d’autres pays et permettront à d’autres villes d’interdire plus facilement les cirques avec animaux. Les cirques doivent évoluer et retirer leurs animaux de l’arène, comme le Cirque Ringling Brothers vient de le faire, ou alors s’attendre à faire faillite »
Edita Birnkrant

Les éléphants traversant New York du temps de la gloire des cirques

Le Conseil municipal de New York a estimé que les cirques itinérants nuisaient au bien-être des animaux, en raison de l’impact négatif des transports fréquents, des périodes prolongées de confinement et des techniques de dressage physiquement abusives. Les longues périodes de temps passées dans les installations temporaires utilisées par l’industrie du cirque limitent les comportements naturels et provoquent de la souffrance chez les animaux détenus. Ceux-ci sont alors sujets à des problèmes de santé, ainsi qu’à des troubles psychologiques du comportement. Les tours que les animaux exotiques et sauvages sont obligés d’exécuter dans l’arène réclament des techniques de coercition physique extrême, en ce compris le rationnement de la nourriture, l’usage de l’ankus (une lourde barre armée d’une pointe aiguisée et d’un crochet), des chocs électriques, des barres métalliques, des fouets et d’autres formes de violence physique.

Les conditions dans les cirques itinérants, avec leurs voyages incessants, leurs installations de fortune, les longues périodes de mouvement restreint, la séparation d’avec les groupes sociaux naturels, le stress et la contrainte physique ne peuvent que compromettre inévitablement le bien-être des animaux et entraîner chez eux des comportements anormaux et des risques accrus pour la sécurité publique. La fin de l’utilisation des animaux exotiques et sauvages dans les cirques ambulants constitue le moyen le plus rentable et le plus efficace pour protéger tout à la fois le bien-être des animaux et la sécurité publique.

28 mai 2013 : le dresseur Alexander Lacey et son lion Masai au Ringling Bros. and Barnum & Bailey circus (AP Photo/Eduardo Verdugo, File)

 

« Un jour, nous repenserons au jour de ce vote comme à un moment historique clé, où la plus grande municipalité d’Amérique a déclaré : « Assez ! Arrêtons d’exploiter les animaux sauvages ! Dans la nature, ils perdent peu à peu leurs territoires, on les chasse, on les braconne, on les capture et on les vend à des fins de divertissement aux États-Unis. Nous accordons une grande valeur à ces animaux, nous croyons qu’ils doivent être respectés et traités de manière humaine. Le vote de New York est un pas vers une communauté plus humaine, vers une société plus juste et plus compatissante ».
Conseiller Corey Johnson

Les défenseurs de la cause animale considèrent cette victoire comme un modèle de loi qu’il convent de promulguer dans tout le pays et à l’étranger. Les pays qui ont déjà interdit les cirques avec animaux sauvages sont : l’Autriche, la Belgique, la Bolivie, la Bosnie-Herzégovine, la Colombie, le Costa Rica, la Croatie, Chypre, le Salvador, la Grèce, Israël, Malte, le Mexique, les Pays-Bas, le Paraguay, le Pérou, la Roumanie, Singapour et la Slovénie.

Le 25 avril, le conseil municipal de Los Angeles approuvait à l’unanimité (14-0) la requête du conseiller David Ryu visant à charger le procureur de la Ville d’élaborer une ordonnance interdisant l’exposition d’animaux sauvages ou exotiques pour le divertissement  dans les cirques, lors de spectacles d’animaux exotiques ou en location pour les fêtes de famille.

Un article de Carole R. Davis 
Author, Journalist, Director of campaigns, Europe, Friends of Animals, Animal Rights Activist -Actress Singer-Songwriter


 


Un autre article de Carole R. Davis : 

Maltraitance : une plainte est déposée contre le Marineland d’Antibes

Oui aux cirques sans animaux sauvages…et sans dauphins !



La ville de New York interdit les cirques avec animaux !

log in

reset password

Retour à
log in